Ula
Sickle
© Stanislav Dobak © Stanislav Dobak © Stanislav Dobak © Bart Grietens © Stanislav Dobak © Stanislav Dobak © Bart Grietens © Bart Grietens © Els de Nil © Els de Nil © Bart Grietens © Bart Grietens © Stanislav Dobak © Stanislav Dobak © Bart Grietens © Stanislav Dobak © Bart Grietens © Stanislav Dobak © Stanislav Dobak © Stanislav Dobak © Ula Sickle © Ula Sickle © Ula Sickle © Ula Sickle © Ula Sickle

Extended Play

Text / Press / Video



Daniela Bershan & Ula Sickle

Performance 75min (2016)


After the live DJ set that drove Kinshasa Electric (Kunstenfestivaldesarts 2014), visual artist Daniela Bershan, a.k.a DJ Baba Electronica, and choreographer Ula Sickle delve once more into the medium of Pop. Created for the 2016 edition of the Kunstenfestivaldesarts in Brussels, Extended Play conceptualizes and extends the persona/function of the DJ into other bodies and materials. By stripping down to the basic mechanics of how Pop functions, EP proposes a space where the tensions and codes of contemporary culture are sculpted, performed, dissected. 


Extended Play (EP), is not an album. It is an accumulation of samples, movements, tracks, songs and their remixes. Can a choreography function like a deconstructed pop song? Much more than music, EP explores the medium of Pop as a material; a web of references, tones, fashions, intonations, inflections, postures and gestures. The mixing and mastering is happening live, the ‘tracks’ function like open dialogues, spilling into one another and inspiring new tangents, both physical and musical.


The performance makes use of a specially designed musical app and wireless microphones, which allows the performers to compose and perform the music live. The loop space thus becomes a physical space where the bodies are acoustically extended and doubled. Pop is a socio-emotional machine pulling us into the game, but are we players or are we being played?


www.extended-play.squarespace.com

Concept, direction Daniela Bershan & Ula Sickle
Creation, performance
 Popol Amisi, Emma Daniel, Zen Jefferson, Andy Smart, Lynn Suemitsu
App 
Black Adopo
Samples, musical arrangements
Daniela Bershan
Choreographic arrangements Ula Sickle
Sound Nicolas Vanstalle
Light design
Ula Sickle, Elke Verachtert
Costumes & styling
Sabrina Seifried
Costume assistance
Heidi Ehrhart (KVS)
Vocal coach
Didier Likeng
Third Eye
Matt Hare
Executive production
Caravan Production (Brussels, BE)
Coproduction
Kunstenfestivaldesarts (Brussels), KVS (Brussels), La Villette - Artist residencies 2016 (Paris)
With the support of the Flemish Community Commission of the Brussels Capital Region
Extended Play se déploie par l’alternance de solos et d’unissions, au fil d’une chorégraphie minutieusement écrite qui puise dans les codes du hip-hop – par ailleurs rappelés par la panoplie des danseurs, vêtus de baskets, de genouillères et de survêtements. Les puissants battements de bras sont ponctués de claquements de doigts, les ondulations du buste mâtinées de quelques déhanchés de twerk. Lorsque les danseurs battent la mesure au sol on en ressent les vibrations, qui introduisent une large gamme de jeux de rythmes : une mélodie saccadée tranche sur la fluidité des mouvements, une pulsation accentuée souligne la flexion d’une articulation ; la musique se fait ressort et caisse de résonance des gestes.

pour Ma Culture 30.03.2018


Extended Play voit les danseurs générer la bande-son de cette performance en utilisant une technologie dédiée qui recrée l'illusion d'un DJ set pour corps et mouvements. Proposé dans une forme libre où tout le monde, artistes et spectateurs, est sur un pied d'égalité, cette pièce devrait jouer les prolongations le temps d'un diptyque sur les mécanismes de la pop.

Philippe Noisette "Ula Sickle monte le son à Montreuil" dans Scénes, Les Inrocks 07.06.2016


Ula Sickle et Daniela Bershan observent et démontent les mécanismes du pop, isolent ses plus petits dénominateurs communs et poussent ainsi cette texture commune vers l’abstraction et le minimalisme. En s’emparant de la matérialité de ses éléments — de ses attitudes, de ses gestes, des émotions qu’elle génère, de sa rythmique, de ses algorythmes — plus que de ses références immédiates, de ses images et de ses signifiants, Extended Play propose un espace où les tensions et les codes de la culture contemporaine sont à la fois joués et disséqués.

Emmanuelle Mougne pour Les Rencontres Chorégraphiques de Seine-Saint-Denis



Ici les performers se chargent de tout. Ils chantent, dansent, envoient à l’aide de tablettes des samples préalablement enregistrés, mixent et remixent les uns et les autres. Par la maîtrise de ces différents procès, ils vont développer et matérialiser une énergie détonante. L’espace carré autour duquel les spectateurs peuvent s’asseoir ou se déplacer durant la représentation, relève à la fois de l’arène et du tarmac. Les artistes vont s’y échauffer, s’élancer, ou décoller, exploser, atterrir. Recroquevillés au sol, en cercle, les performers prennent le temps de déployer leurs voix et leurs corps. Comme ressourcés autour de ce qui pourrait être un feu (et qui semble plus être une tablette), ils émergent et commencent à composer une partition personnelle se transformant en partition collective.

La force de cet EP Extended Play relève, comme c’était déjà le cas dans Kinshasa Electric, de la puissance et de l’énergie déployées par les interprètes. Ils ont une telle capacité à circuler dans l’espace, à le balayer, à s’y inscrire, à créer avec leurs beats, leurs flows, leurs chants reprenant du Eurytmics ou du Maitre Gims, des univers pop singuliers où les corps sont autant présents que les voix. Popol Amisi, Emma Daniel, Zen Jefferson, Andy Smart, Lynn Rin Suemitsu sont les auteurs d’un show total. Danse et musique n’ont de cesse de s’allier. L’une entraînant l’autre et inversement, soulignées par des jeux de lumières aux couleurs chaleureuses signées Ula Sickle et Elke Verachtert. C’est tout naturellement à la fin de la pièce que les performeurs reviennent au centre du plateau, debout enivrés du paysage pop qu’ils viennent de peindre avec force et conviction. Le brouillard qui épaissit lentement l’espace, finit par ne laisser transparaître que des parties de corps et ce jusqu’à ce que ces dernières disparaissent complètement.

Sorte de mirage ou de rêve éveillé, Extended Play offre une palette de mouvements (on peut percevoir des soupçons de voguing et de krump), de propositions chorégraphiques et sonores, illustrant ainsi la variété de l’univers pop. L’envie de rejoindre les performers et de danser avec eux se fait ressentir tant leurs qualités de corps, encore une fois l’énergie y est pour beaucoup, et leurs présences sont attractives. Extended Play s’apprécie de par le caractère universel de la culture pop qui peut tout autant toucher qu’agacer et qui mérite intérêt pour tous les codes qu’elle véhicule. Scrutés, examinés, par les artistes, ces codes deviennent alors un objet créatif original.

Fanny Brancourt "Extended Play, Animal Pop"  The ARTchemists, 22.06.2016

https://www.theartchemists.com/rencontres-choregraphiques-de-seine-saint-denis-extended-play-animal-pop/